TOP
Accueil > Actualités > COVID19 : POINT INFO DU 18/09/2020

COVID19 : POINT INFO DU 18/09/2020

Imprimer

Chères Consœurs, Chers Confrères,

Vous retrouverez ci-après les informations essentielles récemment mises en place issues de réunion hebdomadaires avec l’ARS, l’Assurance Maladie, les URPS, le Conseil Régional de l'Ordre des Médecins des Haut de France et le Conseil Départemental de l'Ordre des Médecins du Nord.

Nous vous proposons ces algorithmes décisionnels concernant :

-Prise en charge de l’enfant de moins de 6 ans suspect de Covid-19

-Prise en charge de l’enfant de plus de 6 ans suspect de Covid-19

-«Isolement, test : que faire ? » afficher dans votre salle d’attente

Vous trouverez des fiches produitent par Santé Publique France faisant partie d'une liste d'outils à télécharger ICI

Concernant les mesures d’isolement et arrêts de travail :

Isolement des cas confirmés :

-7 jours pleins à partir de la date de début des symptômes avec absence de fièvre au 7ème jour (ou 48h après le jour de disparition de la fièvre).

-7 jours après la date du prélèvement pour les patients confirmés asymptomatiques. En cas de survenue de symptômes évocateurs de la Covid19, la période d’isolement devra être rallongée de 7 jours à partir de la date d’apparition des symptômes.

Isolement des cas contacts :

Les consignes d’isolement diffèrent selon les situations :

-Si l’on présente des symptômes ou si les symptômes apparaissent pendant les 7 premiers jours de l’isolement, il faut se faire dépister immédiatement et rester isolé jusqu’au résultat du test. Les consignes à suivre ensuite dépendront du résultat.

-Si l’on ne présente pas de symptômes, on doit rester isolé et attendre au moins 7 jours après le dernier contact avec la personne malade avant de faire le test. Si le test est positif, on doit contacter son médecin qui adaptera la durée et les consignes d’isolement en fonction.

-Si l’on n’a pas de symptômes mais que l’on vit sous le même toit qu’une personne malade du Covid-19, il faut se faire dépister immédiatement, dès la prise en charge du cas confirmé, et rester isolé en attendant les résultats du test. Un second test est à réaliser à J7 après la date de guérison du cas confirmé.

Dans tous les cas de figure, la fin de la période de quarantaine doit s’accompagner par le port rigoureux du masque et le respect strict des mesures barrière et de la distanciation physique durant les 7 jours suivant la levée de la mesure.

Concernant les arrêts de travail (dont arrêts pour Garde d’enfants):

- Cas confirmés : les arrêts de travail éventuellement prescrits à l’issue de l’appel sont alignés sur les nouvelles durées :

  • Cas du patient symptomatique : l’arrêt aura une durée de 7 jours à partir de la date d’apparition des symptômes.
  • Cas du patient asymptomatique : 7 jours à compter de la date de réalisation de l’appel.

La durée de l’arrêt peut être revue par le médecin traitant en fonction de l’évolution ou de l’apparition de symptômes.

- Cas contacts :

  • si la personne ne bénéficie ni de télétravail, ni de chômage partiel, l’arrêt aura une durée de 7 jours à partir de la date du premier appel et sera revu en cas de besoin par le médecin traitant (notamment en fonction des résultats du test ou de l’évolution des symptômes).
  • Un arrêt d’une durée de 7 jours permet de couvrir dans la majorité des situations le délai entre le prélèvement et le rendu du résultat du test. A noter que le cas échéant, cet arrêt peut également couvrir rétroactivement, en plus des 7 jours à compter de l’appel, les jours précédant l’appel de la plateforme, dans la limite de 4 jours, si la personne contact s’est isolée spontanément.

La durée de l’arrêt peut être revue par le médecin traitant en fonction de l’évolution ou de l’apparition de symptômes.

Si le cas confirmé ou le cas contact est en chômage partiel avec une reprise du travail prévue avant 7 jours, le médecin traitant pourra éventuellement procéder à la prescription d’un arrêt de travail complémentaire.

Situation du cas contact mineur dans un établissement scolaire (Garde d’enfants) :

-Pour les parents salariés de droit privé et de droit public, le courrier de l’Assurance Maladie vaut attestationde parent d’enfant mineur cas contact à risque. Cette attestation sera transmise par le parent du cas contact à son employeur et vaut justificatif. Ce courrier est transmis par l’établissement scolaire ou par la PFCT lorsque l’établissement n’est pas en mesure de le faire ou lorsque le contact n’est pas intervenu en milieu scolaire. Dans ce cas, le courrier transmis par l’Assurance Maladie se substitue au courrier générique de fin d’entretien du cas contact.

-Les parents non-salariés, y compris les professionnels de santé libéraux, doivent utiliser les téléservices declare.ameli ou declare.msa pour obtenir un arrêt de travail d’une durée de 7 jours à partir de la date de l’isolement.

-Si un parent est simultanément cas contact et parent d’un enfant cas contact, la qualité de contact prime et il se verra délivrer un arrêt de travail, y compris s’il est salarié de droit privé ou public.

- Comme pour les cas contacts majeurs, les enfants cas contacts bénéficient d’une prescription de masques.Le courrier d’information aux parents d’enfant cas contact vaut bon de retrait auprès du pharmacien.

Concernant les Indemnités Journalières des professionnels de santé :

L’Assurance maladie prend en charge, de manière dérogatoire, les indemnités journalières pour l’ensemble des professionnels de santé libéraux s’ils sont amenés à interrompre leur activité professionnelle (y compris pour les situations de cas contacts), selon des modalités alignées sur celles appliquées aux salariés et travailleurs indépendants. Des précisions sont attendues sur la question de la carence qui sera ou non appliquée. Les textes de références sur le sujet sont en cours d’écriture.

  • Montant journalier de 72€ pour les professions paramédicales.
  • Montant journaliser de 112€ pour les pharmaciens et professions médicales.

Cette prise en charge est possible pour :

  • Les professionnels de santé dont le diagnostic d’infection à Covid-19 a été posé cliniquement ou biologiquement (arrêt de travail adressé dans ce cas à l’Assurance Maladie).
  • Les professionnels de santé vulnérables (être atteint d’un cancer évolutif sous traitement, être atteint d’une immunodépression congénitale ou acquise, être âgé de 65 ans ou plus et avoir un diabète associé à une obésité ou à des complications micro ou macrovasculaires, être dialysé ou présenter une insuffisance rénale chronique) : un téléservice dédié a été mis en place.

Nous vous suggérons de rappeler à vos patients qui auraient pris plusieurs rendez-vous de prélèvement de RT-PCR, en raison des délais actuels, d’annuler les rendez-vous qu'ils n'honoreront pas.

L’ensemble du conseil départemental reste mobilisé à vos côtés et à votre entière disposition, par mail ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ) et par téléphone (03 20 31 10 23) du lundi au vendredi : 9h-12h et de 14h-17h

La cellule de crise COVID CDOM 59